L’ORIENT – LE JOUR : Faire du cinéma au Haut-Karabakh, quand l’absurde rattrape la fiction

“Plusieurs lieux du tournage, dont des villages, sont passés de l’autre côté, on n’y a plus accès, des personnes ont été déplacées”, explique Nora Martirosyan, réalisatrice du film ‘Si le vent tombe’. “C’est particulier de regarder aujourd’hui le film, avec ces nouvelles frontières redessinées”.

Lire la suite : https://www.lorientlejour.com/article/1262761/faire-du-cinema-au-haut-karabakh-quand-labsurde-rattrape-la-fiction.html