Le ministère artsakhiote des Affaires étrangères a adressé un mémorandum aux organisations internationales à l’occasion de la visite du Président azerbaïdjanais dans les territoires occupés de la République d’Artsakh

Logo du Ministère artsakhiote des Affaires Etrangères

Le 25 février, le ministère artsakhiote des Affaires étrangères a adressé un mémorandum aux organisations internationales à l’occasion de la visite du président azerbaïdjanais Ilham Aliev dans les territoires occupés de la République d’Artsakh.

Le document précise en particulier qu’après la fin de la guerre de 44 jours imposée à l’Artsakh par l’Azerbaïdjan avec le soutien de la Turquie et des mercenaires de divers groupes terroristes, les autorités azerbaïdjanaises procèdent à la consolidation des résultats de facto d’une situation issue de l’usage de la force militaire, ce qui est une violation flagrante des normes du droit international. Le document affirme que l’une des manifestations de cette politique sont les visites du président de l’Azerbaïdjan dans les territoires saisis, dont la plus frappante est celle effectuée par Aliev dans la ville de Chouchi, où il a fait un certain nombre de déclarations remplies de menaces et d’une rhétorique de haine ouverte envers le peuple arménien.

Le mémorandum indique également que la nature provocante et incendiaire des visites et des déclarations qui les accompagnent témoigne de l’intention de l’Azerbaïdjan de perturber la reprise du processus de négociation sur un règlement global du conflit entre l’Azerbaïdjan et le Karabagh et de maintenir le conflit en suspens. Un tel comportement non-constructif et provocateur de l’Azerbaïdjan doit être strictement condamné par la communauté internationale, précise le mémorandum.

Le document souligne que le peuple d’Artsakh a exercé son droit à l’autodétermination et a procédé à la formation d’un État dans ces territoires. Comme indiqué dans le document, le non-respect de ce droit fondamental est non seulement une violation des droits de l’Homme, mais aussi l’une des principales sources de menaces sérieuses à la sécurité dans la région.

Le Mémorandum note que toutes les initiatives d’ordre législatif et administratif de l’Azerbaïdjan visant à modifier le statut des territoires de la République d’Artsakh, y compris l’expropriation de la population arménienne, les déplacements de populations vers les territoires occupés ainsi que l’annexion de ces territoires sont invalides au regard du droit international et ne peuvent entraîner une modification du statut de ces derniers. Aucun gain territorial résultant de la menace ou du recours à la force ne devrait être considéré comme légal.

Le document indique que l’occupation militaire actuelle par l’Azerbaïdjan des territoires de la République d’Artsakh, dont la ville de Chouchi, ne peut en modifier le statut. La ville de Chouchi fait partie intégrante de la République d’Artsakh à maints égards, aussi bien sur le plan territorial que culturel, économique et historique. Toute tentative d’aliénation est ainsi une violation flagrante de l’intégrité territoriale de l’Artsakh.

Le mémorandum souligne que seul un règlement juste du conflit entre l’Azerbaïdjan et le Karabagh qui présuppose la reconnaissance par l’Azerbaïdjan des droits du peuple de l’Artsakh, réparera les effets de l’usage illégal de la force militaire par l’Azerbaïdjan et rétablira la primauté du principe de règlement pacifique des différends.