Déclaration du ministère artsakhiote des Affaires étrangères à l’occasion du 101eme anniversaire du massacre des Arméniens de Chouchi

Il y a 101 ans, les autorités de la République azerbaïdjanaise, en collaboration avec l’armée turque régulière et de nombreux gangs armés, ont organisé le massacre de la population arménienne de Chouchi, détruisant presque entièrement la capitale historique de l’Artsakh. Ce massacre a été la première manifestation de la politique agressive menée contre l’Artsakh par un État créé artificiellement et appelé « Azerbaïdjan ». À la suite de ce crime monstrueux, des milliers d’Arméniens ont été tués, des dizaines de milliers ont été forcés de quitter la ville, le patrimoine culturel arménien a été détruit, les biens de la population pillés et les sites sacrés profanés.

Cet événement tragique a été le préambule de la politique que l’Azerbaïdjan allait adopter dans les décennies à venir. La suite logique de ces actions a été était la politique de haine anti-arménienne menée par l’Azerbaïdjan depuis 1988 au plus niveau de l’État, accompagnée de massacres, de pogroms et de nettoyage ethnique.

Le fait que la politique génocidaire de Bakou et d’Ankara n’ait pas été qualifiée de manière adéquate de la part de la communauté internationale et que les criminels soient restés impunis a conduit à une nouvelle agression déclenchée par l’Azerbaïdjan contre l’Artsakh le 27 septembre 2020 avec le soutien de la Turquie et la participation de terroristes internationaux, entraînant l’occupation de la ville de Chouchi.

Les massacres de Chouchi en 1920 et son occupation en 2020 ne témoignent pas seulement de la politique génocidaire contre l’Artsakh et le peuple arménien, mais sont aussi des crimes contre l’humanité et une violation flagrante du droit international.

Les Arméniens d’Artsakh n’accepteront jamais la perte de Chouchi. Celle-ci était, reste et fera toujours partie intégrante de l’Artsakh. Tout sera mis en œuvre pour la libération des territoires occupés d’Artsakh et le rétablissement de la justice historique.